Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


Après la trêve la lutte contre les expulsions reprend !



La trêve des expulsions c’est le retour de l’angoisse, celle de familles comme de personnes seules, c’est rétablir l’échafaud social exclusivement pour les plus fragiles. Ce vendredi 31 mars donc, retour là où tout a commencé, là où l’indignation s’est soulevée, au 74 boulevard de Verdun.
Un bref rappel s’impose : le 21 avril 2016 aux premières lueurs du jour le secrétariat de Jean-Marc Tellier est alerté que l’expulsion locative d’une famille se produit à ladite adresse avec recours à la force publique accordé par madame la sous-préfète. Aussitôt membres du cabinet et élus se rendent sur place. Le dialogue avec le commissaire et l’huissier s’avère impossible. A ce moment là Jean-Marc Tellier participe -ironie du sort- à une réunion sur le logement au Conseil départemental. Informé de la tension montant avec les habitants, il prend immédiatement la route d’Avion. La suite, la population avionnaise ne l’a sans doute pas oubliée (mais vous pouvez vous la remémorer ici) ne serait-ce que par la convocation quasi ubuesque d’élus au commissariat par la suite (une fois de plus, pour se remémorer la chose c’est ici).

JPEG - 112.8 ko

Une pauvreté de mauvaise foi ?

Depuis, avec des communes de l’agglomération d’horizons politiques différents, une association pour éviter les expulsions locatives a vu le jour. Même les services de l’Etat commencent à assimiler la véritable utilité de cette initiative. Mais tout ne se résout pas par des vœux pieux, or le 31 mars est la date butoir de la trêve hivernale empêchant les expulsions. L’heure de mettre en garde est donc venue avec l’organisation d’un rassemblement au fameux 74 boulevard de Verdun qui laisse désormais place à une maison... murée ! Après y avoir placardé banderole et slogans explicites défendant le droit au logement, Jean-Marc Tellier s’est fendu d’un discours sous forme de bilan. "Comment peut-on dans les sphères ministérielles considérer qu’il y a une pauvreté de mauvaise foi ?... Qu’ils viennent un peu dans nos cités, ils comprendront pourquoi de nombreux maires sont solidaires de notre action et ont pris des arrêtés pour la prévention des expulsions... Qu’ils viennent dans nos cités et ils verront pourquoi un collectif existe et que non seulement les agglomérations mais aussi le Département le soutient. Car il y a aussi le pendant de tout cela. Selon l’INSEE près de 2,9 millions de logements sont vacants dans notre pays. J’ai moi-même demandé aux bailleurs d’avoir les chiffres sur Avion. Là encore l’Etat traine les pieds."
"Aujourd’hui si nous avons décidé d’organiser ce rendez-vous ici boulevard de Verdun, le jour de la fin de la trêve hivernale, c’est qu’il est le témoin de l’absurdité des politiques menées en matière de logement.... Il faudrait que la sous-préfète nous explique sa logique. Il faut que madame l’huissier de justice nous explique sa logique. On nous parle de dette mais combien ce logement vide coûte au bailleur ?.... Aujourd’hui nous avons choisi ce lieu parce qu’il est symbolique de la stupidité que nous avons vécu. Aujourd’hui notre colère et notre détermination sont intactes. Nous nous opposerons à toute expulsion illégitime sur Avion et refusons de voir nos concitoyens jetés à la rue parfois avec leurs enfants."
Et comme le dira Jean-Marc Tellier en guise de conclusion, après la trêve hivernale "c’est pour nous le début de la vigilance estivale".

JPEG - 101 ko


Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion