Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


Un 1er-Mai de résistance et d'espoirs



Sur le plan de la météo, cette journée ne restera pas dans toutes les mémoires mais au moins la manifestation n’a pas eu à subir la pluie qui ne se profilera qu’en début d’après-midi. Parti comme de tradition du rond-point Barbusse, harmonie municipale en tête, le cortège, après une étape de mémoire et un dépôt de gerbe au monument des Victimes du travail, rejoignait tranquillement le perron de l’Hôtel de Ville.

JPEG - 127.4 ko

Comme le veut le protocole, c’est Gérard Fambouena, secrétaire départemental CGT des retraités des Postes et Télécommunications, qui prit la parole aux noms des syndicats. Son introduction traduit la période tendue qu’est l’élection présidentielle : "Depuis dimanche soir nous connaissons les deux menteurs qui vont se disputer les suffrages des Français. Pour la CGT il n’y a rien de bon des deux côtés. Encore une fois nous sommes appelés à voter pour le moins pire." La charge est rude, et encore il ne s’agit là que le prélude d’un discours plus acide et musclé encore.

JPEG - 83.5 ko

Moins frontal, le discours de Jean-Marc Tellier ne pouvait non plus masquer les inquiétudes du moment :"les résultats du 1er tour des Présidentielles, nous montre que si l’espoir et la mobilisation pour que ça change sont bien là, il y a aussi beaucoup de travail pour mener la lutte des classes et faire reculer l’opposition organisée de ceux qui souffrent entre eux. Les principes de la République, de Liberté, d’Egalité et de Fraternité sont en recul bien sûr mais je pense que les choses peuvent aussi s’inverser si l’on s’y met tous ensemble... Non ce ne sont pas les travailleurs immigrés, ni les travailleurs polonais payés avec un lance-pierre (qui sont responsables de la situation. Ndlr). Ce n’est même pas l’Europe, même si celle-ci laisse faire, mais bien les pantouflards des conseils d’administration qui peuvent rayer d’un trait de plume des milliers d’emplois, pour peu que cela leur rapporte." A l’orée d’un deuxième tour qui est loin de fédérer l’ensemble de la population française autour d’un programme, on avait bel et bien affaire à une ambiance d’entre deux tours. D’où cet avertissement en guise de conclusion au candidat Emmanuel Macron : "Et s’il souhaite se débarrasser de nous les Maires, il risque d’être déçu. Très déçu car ce combat pour la défense des services publics de proximité nous allons continuer à le mener comme nous l’avons fait pour la perception, pour le maintien des postes dans les écoles, pour que nous ayons les moyens d’investir et ainsi créer de l’emploi dont les habitants ont besoin." Quand la résistance demeure l’espoir subsiste.

JPEG - 93.8 ko
PDF - 46.2 ko
Discours Jean-Marc Tellier, maire

25 baptêmes républicains

Heureusement la note finale d’un 1er Mai est toujours plus douce avec les baptêmes républicains. Ils étaient 25 petits avionnais accompagnés de leurs parents et familles à se retrouver dans la salle du conseil municipal, accueillis par les élus et un petit mot d’accueil de Renée Capron et Jean Létoquart, adjoints au maire. Et pour les intéressés ce 1er mai restera une date mémorable.

JPEG - 99.3 ko


Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion