Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


Gaston Billiet rejoint le club des centenaires avionnais



Après Marianna Marciniak(✟) et Germaine Pécot en 2015, Pélagie Brzakowski en 2016 et Berthe Foulon en septembre 2017 c’est au tour de Gaston Billiet de rentrer dans le quinté de tête des centenaires que compte notre commune ses dernières années.

JPEG - 106 ko

Le 17 décembre 2017 Gaston Billiet, dit Tonton, a fêté son 100 ème anniversaire à son domicile, à la cité des cheminots, entouré d’ Yvette née Rollet, son épouse depuis 1976, que Gaston surnomme affectueusement « ma poule », de ses amis et de ses voisins.
Au premier regard, on pouvait lire la douceur dans les yeux clairs de Gaston et sur son visage. Humble et discret Gaston n’est pas du genre à se plaindre ni à se mettre en avant. Il ne se dévoile pas beaucoup et c’est auprès de son voisin et ami André Compagnon que nous avons pu retracer très succinctement sa vie.
Gaston est né le 17 décembre 1917 à Montreuil-sur-Mer. Orphelin très jeune il sera placé en famille d’accueil à Auchy-Les-Hesdin où il effectuera sa scolarité et où il a commencé à travailler dans une usine de filature de coton. Il sera ensuite salarié de la Sernam, l’entreprise de transport, pendant toute sa carrière.

JPEG - 95.4 ko

Pendant la seconde guerre mondiale, il sera arrêté le 22 septembre 1942 à son domicile par la police allemande.
Il sera condamné pour « détention d’armes » (un révolver qu’il voulait faire réparer par un camarade) le 11 décembre 1942 par le tribunal militaire de Lille à 2 ans de TF. Incarcéré à Loos-lès-Lille puis déporté le 2 avril 1943 au camp de Neusustrum (n°774), via la prison de Clèves. Transféré à Brandenbourg (prison) en juin 1944, il en sera libéré à la fin de sa peine le 5 octobre 1944. Ne pouvant être renvoyé en France, il est mis au travail forcé à Berlin en Allemagne jusqu’à l’arrivée des Alliés. Il est rapatrié en France le 30 mai 1945 par le centre d’accueil de Maubeuge.
Mais Gaston parle très peu de cet épisode terrible de sa vie. Il y a quelques années André, son voisin, l’a emmené à la coupole d’Helfaut. Son étonnement et son émotion furent plus que palpables lorsqu’il vit son nom gravé sur le mur de marbre. Ce grand homme fait partie de l’histoire !
A son retour en France et à la vie, Gaston redevient cet homme qui aime les gens. Il aime parler, observer. Pour rien au monde il n’aurait raté le marché hebdomadaire du jeudi à Avion, jour où il faisait son tiercé à l’Elysée. Il allait souvent se ressourcer à Hesdin où il avait un mobil home au camping de la Loge, dans la région des 7 vallées. Il adorait le jardinage et faire son vin de noix (c’était un spécialiste).
Le 17 décembre 2017 est un jour à marquer d’une pierre blanche dans la longue vie de Gaston. Il a soufflé ses 100 bougies et a reçu de nombreuses marques d’affection de l’assistance. L’œil et l’esprit vifs, Gaston souhaita , avec un large sourire, une bonne santé à toutes les personnes présentes.

JPEG - 86.3 ko


Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion