Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


Au conseil municipal : économiser ne signifie pas renoncer



Réunis le 5 avril dernier, les élus se sont retrouvés pour voter le budget 2018. Un budget qui a demandé beaucoup de travail en amont afin d’être dans les clous d’une législation pour laquelle le qualificatif de drastique passe pour un doux euphémisme... Raison pour laquelle autant la réaction de Pierre Chéret, adjoint, était légitime ("Ces baisses de dotations sont inacceptables") autant le constat de Jean-Marc Tellier soulignait les efforts entrepris par les élus les semaines précédant le conseil ("On a bien travaillé au niveau des commissions").
En résumé, la constitution de ce budget est un défi comparable à celui de parcourir un même trajet en automobile mais avec moins d’essence. Car les grandes lignes du mandat demeurent inchangées dans le domaine des investissements : la poursuite des opérations engagées notamment au niveau des voiries, de la reconstruction des installations de chauffage et la mise en accessibilité des installations communales ; la continuation des réunions publiques et l’adaptation des infrastructures aux attentes de la population ; la priorité donnée aux travaux permettant à terme de générer des économies de fonctionnement ; la modernisation des installations et des équipements municipaux.

JPEG - 247.8 ko

Dépenses de fonctionnement en baisse

Et cela donne un budget de 28 384 807 euros (22 820 189 euros en fonctionnement, 5 564 618 euros en investissement). Les dépenses de fonctionnement sont de celles qui paient ce serrage de ceinture en règle des collectivités. En effet de 19 563 766 euros en 2017 on passe à 19 325 921 euros en 2018 soit une baisse de 1,22%. Cette baisse est entre autres la conséquence d’autres baisses, celle des dotations (-3,52%) et des recettes fiscales (-1,78%). Les recettes de fonctionnement connaissent également une coupe claire de -3% par rapport à 2017. Malgré cela le Conseil a réaffirmé unanimement le orientations suivantes : pas de hausse des impôts ; pas de hausse des tarifs pour les Avionnais ; maintien de la priorité donnée à l’enfance, la petite enfance, la jeunesse et l’éducation ; mise en œuvre d’un plan pluriannuel de la rénovation des voiries ; poursuite des réunions de quartier et inscription d’une enveloppe de crédits affectés à la démocratie participative ; poursuite des investissements contribuant à la réduction des coûts de fonctionnement ; poursuite de la réhabilitation et de la rénovation des bâtiments communaux. Il a également été décidé de mettre en œuvre différentes mesures de façon à atteindre en 2020 l’objectif national de revalorisation des dépenses publiques. En l’occurrence le budget de fonctionnement ne pourra excéder 1,2% de plus que celui de l’année précédente et ce jusque 2020. La minuscule marge de manœuvre désormais repose sur les ajustements qui s’avèreront nécessaires lors du prochain budget supplémentaire.

JPEG - 253.4 ko

La politique de Macron instaure un climat de doute et de défiance

Le thème retenu cette année à Avion, la lutte contre les idées reçues, est assurément un choix judicieux, il suffit d’entendre l’intervention de Renée Lacroix, conseillère, à l’adresse de Jean-Marc Tellier : "Des gens pensent qu’avec la disparition de la taxe d’habitation cela va faire exploser la taxe foncière". "Nous n’avons rien augmenté depuis 2010 et il en sera de même cette année" répond le maire avant de reconnaître que "certains imaginent que nous allons inventer de nouveaux impôts". Si l’on peut comprendre ces inquiétudes doublées de fantasmes sans fondements, parce qu’il est normal que l’on doute dans la conjoncture du moment, Jean-Marc Tellier renvoie le président Macron à ses responsabilités car à cause de sa politique "c’est tout le fonctionnement d’une collectivité qui est remis en cause." Il fut un temps il est vrai lointain maintenant où lors de la première crise pétrolière un slogan était apparu : "En France on n’a pas de pétrole mais on a des idées". Hé bien à Avion comme dans les autres communes on a de moins moins de dotations mais hors de question de renoncer.



Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion