Aller au contenu principal

"D'Eckmühl à Eckmühl", histoires de familles et voyage intérieur

"D'Eckmühl à Eckmühl", histoires de familles et voyage intérieur

C'était vendredi soir salle Aragon
spectacle

"Je suis né quelque part laissez moi ce repère ou je perds la mémoire" ces paroles de Maxime Le Forestier auraient pu participer au monologue de Stéphane Titelein. Eckmühl est un phare du Finistère (fin de la terre en Breton) mais aussi un quartier d'Oran en Algérie. Entre ces deux points homonymes, entre atlantique et méditérannée, le comédien dont le berceau familial est Wattignies réalise un voyage intérieur pour relier ces deux cultures qui ont forgé l'identité de la famille Titelein. Sur les planches d'Aragon, l'acteur-metteur en scène n'a pas que le sable pour compagnon. Les souvenirs sont à fleur de peau, ceux d'une famille ordinaire du Nord au carrefour des Cornouailles et du pays Berbère. Au final, D'Eckmühl à Eckmühl est une partie de l'histoire de notre territoire, un formidable brassage.